L’anaphrodisie se caractérise par une absence désir. Que cela soit chez l’homme ou la femme, elle est un dysfonctionnement de la 1ère phase de la réponse sexuelle établie par Masters et Johnson, la phase de désir. Chez la femme on parle de frigidité.

La personne qui est en anaphrodisie peut :

  • avoir des rapports sexuels pour répondre au besoin du partenaire
  • est dans l’évitement car elle est dans la peur ou le dégoût de la relation sexuelle
  • apprécier les aspects non érotiques de la sexualité tel que le contact, le plaisir de se donner à l’autre, le sentiment de se sentir aimé.

La majorité de ces femmes manifeste l’anorgasmie (4ème phase de la réponse sexuelle) même si parfois elle peut découvrir un ressenti orgasmique fugace lors d’une stimulation, souvent accrue, clitoridienne ou coïtale.

Il existe deux types d’anaphrodisie :

  • l’anaphrodisie primaire pour les Personnes qui n’ont jamais eu de désir sexuel
  • l’anaphrodisie secondaire pour les Personnes qui n’ont perdu le désir sexuel

L’anaphrodisie peut être l’expression d’une dépression cachée.

Elle peut être liée :

  • au stress,
  • à un deuil,
  • à une rupture,
  • à la peur de la femme ou de l’homme,
  • à l’arrivée d’un enfant,
  • à l’addiction aux jeux,
  • à un sur investissement sportif,
  • à des parcours spirituels,
  • à une compensation par l’alimentation.

Dans les cas de Dépression, de « Burn-Out » ou de « Bore-Out », la Personne est dans l’An-hédonisme.

Chez certaines personnes dont la relation à la sexualité est construite à partir d’une histoire où l’intimité n’a pas été valorisée, elle peut même entraîner du dégoût. Ce qui met la personne dans une non-appétence.

Un accompagnement thérapeutique avec les outils de la relation d’aide, la PNL et HypnoSexothérapie permet d’aider la Personne de retrouver avec son Être.

%d blogueurs aiment cette page :