Préambule
Pour répondre à cette question, nous avons fait appel à quelques témoignages d’hommes et de femmes.
Leurs réponses permettant d’ouvrir la vision que chacun peut avoir de L’épanouissement sexuel.
Tous les témoignages ne sont pas cités, parfois trop longs ou trop courts sinon redondants, ils sont tous intégralement cités en annexe. Pour des raisons évidentes de confidentialité, les prénoms peuvent avoir été changés.
A toutes ces personnes, je viens les remercier pour cette aide précieuse par la sincérité dans leurs réponses.

Définitions

Avant de rentrer dans le vif des sujets et tenter d’apporter quelques réponses à cette question, il est essentiel de tenter de donner quelques définitions aux mots : sexualité et épanouissement.

La sexualité

La sexualité fait référence au phénomène biologique fondamental, la reproduction sexuée.Et du mot sexeestdéfinit l’ensemble de caractères qui permettent de distinguer le mâle de la femelle.

Etymologiquement le mot sexe provient du mot latin “sexus” qui veut dire couper, diviser ou du mot “sequi” qui signifie accompagner. Par ailleurs, ce mot pourrait avoir une origine grecque “hexis” exprimant « une manière d’être, un état ».

Quelque en soit réellement l’origine du mot ou les cultures ancestrales, on constate qu’il y a une expression de la division en deux parties (le mâle et la femelle) qui ont pour mission se retrouver soit dans une manière d’être, soit dans un état.

Pour se faire le X de sexe prend toute sa place quand l’on parle de la rencontre entre deux êtres. C’est la rencontre des seXes et se mot lui-même formant un palindrome. Le X est la représentation de la croisée des chemins. La rencontre avec l’autre, le va-vient de la découverte vers l’accomplissement.

Dans l’histoire le caducée symbolise cet équilibre délicat des opposés qui est représenté par deux serpents (l’eau et le feu) qui se croisent et se rencontrent en tournant autour de l’axe entre terre et ciel. Symbole de paix, il est aussi l’accouplement et la fécondité (le principe originel).

Le X se présente aussi par le chromosome ainsi que dans l’ADN. Cette dernière étant la molécule présente dans toutes les cellules vivantes, elle est le support de l’hérédité qui est transmis lors de la reproduction.

Elle forme une torsade ascensionnelle vers la complétude tel un envol vers l’illumination.

Nous observons tant dans les symboles que dans les structures naturelles une volonté naturelle de Synchronisation des mouvements autour d’un axe énergétique conducteur par le va-et-vient de deux forces complémentaires.


Caducée


Chromosome


ADN

Le sexe est notre part d’intimité, de notre réserve, d’ombre, de nos parties inavouées et cachées à nous même pour ne pas la divulguer.Au fil du temps, le terme sexualité évolue et décrit des états affectifs.La sexualité définit aussi l’ensemble des comportements ou phénomènes (selon les dictionnaires) à caractère sexuel et de satisfaction.Dans le plaisir ou le déplaisir, chacun de nous aborde la relation à l’autre à travers sa perception de la sexualité, de notre expérience et au travers de nos filtres créés lors de nos apprentissages.Ainsi, dans toute relation humaine il existe une approche sexuée qu’elle soit attirante ou repoussante, qu’elle soit agréable ou désagréable.Une force puissante nous anime du rapprochement à l’autre ou d’éloignement.
Eric BERNE (père de l’Analyse Transactionnelle) souligne le besoin inconditionnel de « stroke » (mot anglais signifiant à la fois caresse et coup de pied), c’est-à-dire une forme d’attention qu’elle soit positive ou négative. (Voir les travaux de René Arpad SPITZ dans des pouponnières après guerre, il développe en particulier les notions d’hospitalisme et de dépression anaclitique des enfants).
Ainsi, l’humain pour résoudre son besoin inconditionnel d’exister à travers l’autre générer des stokes car « Mieux vaut des strokes négatifs que pas de strokes du tout » qui lui serviront à se sentir vivant, maintenir une position négative ou positive, …, ou avoir des conversations stéréotypées, façon de passer le temps sans intimité.

L’Épanouissement

Étymologiquement, “Épanouir” vient du bas-francique (dialectes faisant partie du bas-allemand) “espanir” au XIIème siècle qui deviendra espanouir XVIème siècle.
Il définit ( selon le Larousse) le fait de faire ouvrir une fleur, rendre heureux, développer dans toutes ces potentialités ou au sens figuré désigne la manifestation d’une joie sereine.
Épanouirse traduit en anglais par “open up” qui signifie Ouvrir ou “light up” Illuminer.
Nous pouvons donc définir l’épanouissement comme l’ouverture par le développement de toutes potentialités vers l’illumination de l’être et le ressenti d’une joie sereine.
L’épanouissement est une projection de nos désirs d’accomplissement, il tient son origine de notre culture, de notre éducation et de nous même.L’épanouissement est l’ouverture vers le ciel telle une fleur pour accueillir le soleil et se remplir de son énergie. Une ouverture pour se dévoiler progressivement.
(voir la vidéo sur : http://holosphere.spheroide.org/?p=926)

 

L’Épanouissement sexuel

 

Ainsi, la question : « Qu’est-ce que l’épanouissement sexuel ? » devient plus vaste dès lors que l’on associe ces deux pôles qui sont l’intimité et l’ouverture.

La quête

L’épanouissement sexuel est vécu comme une quête telle celle du Graal.
Une quête sans fin d’une coupe (qui symbolise le navire, l’arche contenant les germes de la renaissance cyclique, de la tradition perdue) que personne n’a jamais vue.
Cette coupe n’aura réellement accompli son rôle qu’après avoir été retrouvée. Le Graal est un sacré aux pouvoirs puissants et seul un être pur pourra le trouver et en prendre possession.Comme l’exprime Jean-Charles Payen (1981) : « Le Graal est polymorphe, chacun porte en soi son Graal tel qu’il l’imagine et le cultive. ». A chacunsonGraal qu’il se construit dans son imaginaire et par ses propres expériences de vie.

Il est une quête de soi-même permettant de se reconnecter à sa propre source originelle. Ainsi, l’exprimer Jean Markale en 1994 : « Le Graal renvoie à ce désir profond de l’homme d’aujourd’hui de trouver une justification à son existence.”

Alex Grey

L’épanouissement de la sexualité peut être vécu telle une course à la conquête d’espaces multiples. Une assurance sur sa capacité à séduire, une forme de reconnaissance de soi-même, une joute permanente offrant l’apparence d’exister qui s’exprime à travers l’autre à travers ou par l’absorption de l’autre.

François – 49 ans –Marié – 4 enfants

“ Je pense que si j’avais la clef de mon épanouissement sexuel j’arrête de chercher et je meurs… ”

Le fait d’avoir le sentiment de ne plus plaire amène alors à une perte de soi-même, le sentiment d’exister se meurt.

 

Une aventure de toute une vie

L’épanouissement sexuel est une aventure qui prend sa source dès la plus jeune enfance et se poursuit tour au long de la vie.
Un voyage vers les profondeurs de son être à la recherche de la lumière en explorant son ombre.
A chaque étape de la vie, c’est un apprentissage de la vie permettant d’avoir une nouvelle clef vers la prochaine pièce.

Marc – 54 ans – Célibataire
Sans enfants

“ Pour moi l’épanouissement sexuel c’est une destination touristique assez mal desservie, et qu’il faut atteindre avec les moyens du bord. ”

C’est ainsi qu’après avoir possédé la clef et explorer cette espace très personnel. Après en avoir fait le tour, un nouveau besoin irrésistible s’exprime : « aller plus loin ».
Tel un labyrinthe, à chaque pièce illuminée, il existe un choix d’exploration de celle-ci, de nouvelles portes. Celle-ci peut ne pas convenir et alors nous pouvons nous autoriser à faire demi-tour, chercher une nouvelle clef et changer de porte.Il n’y a pas de règle, pas de voie unique. Ce chemin est personnel.

 

Seul ou à plusieurs

Ce chemin peut se faire seul ou à plusieurs. Culturellement, le chemin à deux est plébiscité mais aussi, plus difficile, il rend plus fort.
Ceux sont des chemins qui s’explorent alternativement à deux, dès la conception avec le couple maman – enfant et seul avec l’appréhension de l’angoisse de la solitude.
Ceux-ci s’alternent au rythme de la personne tout au l’on de la vie.Seul il est la reconnexion à soi-même.
A deux, il devient l’ouverture à l’autre.

Élise – 53 ans – mariée
3 enfants

“ Pour moi l’épanouissement sexuel est un équilibre entre ce que l’on souhaite vivre (suivant schéma de l’éducation, culture, caractère ….), ce que l’on se permet (en tant qu’individu) et ce que l’on reçoit (contexte) car on s’épanouit rarement seule……. quoique !!!!! pour certaines l’équilibre passe par un sexe à piles !! (lol). ”

Une sexualité épanouie reste une négociation avec soi-même puis, s’il y a lieu, une communication avec l’autre.

Le voyage vers une destination inconnue
La destination de ce voyage est une exploration vers une terre inconnue. Terre aride ou fertile, elle est riche en émotions quoi qu’il en soit. Ces émotions pouvant être ressenties comme positives ou négatives. Même si l’exploration est partagée, le retour de l’expérience est personnel.
Ceux qui ont visité leurs terres les plus lointaines, celles qui leur ont permis de s’ouvrir et de ressentir les énergies les plus fortes l’appel l’orgasme ou la petite mort; des sensations extrêmes leur permettant de se déconnecter, se connecter à une nouvelle forme d’énergie et d’accueillir un plaisir intense.

Alex Grey

Cette satisfaction intense illumine des espaces de ce territoire inconnu et à chaque fois avec un nouvel angle tel phare tout azimut et ne repassant que très rarement au même endroit.
Puis un silence profond est ressenti où tous les émotions perturbatrices sont alors inexistantes durant un temps qui quand il est vécu n’est pas mesurable.
Ainsi se forme le désir de renouveler ou pas l’expérience pour découvrir d’autres facettes de notre être ainsi que du partenaire.L’épanouissement sexuel est donc de ce point de vue la découverte de chacune de zones de notre ombre. L’éclaircissement de notre être.

 

Une connexion – L’union des sacrés
Un besoin de se connecter à soi-même par le désir l’autre pour atteindre des énergies primales tant spirituelles qu’animales.
Le rythme des reconnexions peut varier selon la capacité de chacun de se suffire à soi-même et de s’approcher vers son éclosion totale.
Le rythme des connexions à l’autre varie aussi selon l’évolution de la personne.

Amélie – 32 ans – jeune mariée
sans enfant

“ Avoir du désir pour l’autre ou les autres et pour soi finalement jouir et savoir libérer ses instincts c’est fusionner l’âme et le corps pour moi ça passe par faire l’amour souvent. ”

Cette connexion à l’être génère parfois un sentiment d’unité profonde qui est telle qu’elle s’exprime par un sentiment de fusion.L’intégration parfaite de soi et de l’autre, ne permettant plus de faire la différence entre ce qui est de l’un ou de l’autre.
La connexion peut-être ressentie de différentes manières selon le ou les chemins, les énergies génératrices et les embuches qui sont rencontrées sur le parcours.
La connexion que nous pourrions qualifier de parfaite est celle qui relie deux êtres sur tous ces plans. C’est-à-dire : physique, émotionnel, énergétique et spirituel.
La fusion des corps permet l’accueil de vagues de lumière (ou aussi exprimé par une sensation décharge électrique) chaude et rafraîchissante qui les traversent deux haut en bas et les illuminent dans tout leur être.

Alex Grey

Ce processus alors fait ponctuellement disparaître le sens cartésien du mathématicien. Alors que l’addition 1 + 1 = 2 est connue et reconnue par tous, cette alchimie met au jour une nouvelle formule : 1 + 1 = 3.
Bernard WERBER dans L’encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu (page 180) dit « … cela veut dire que l’union des talents dépasse la simple addition ». Ainsi, l’union des principes masculins et féminins donne quelque chose de nouveau qui les dépasse.Quand cette formule magique est alors créée c’est alors de nouvelles voies de l’épanouissement.

 

Le don de soi et l’accueil de l’autre
Quand la relation est vécu à deux, elle devient un nouveau challenge pour la liberté de l’expression de son être, qui oppose le besoin du lâcher-prise et, en même temps, l’accueil de l’autre tel qu’il est. Ce tout devant se coordonner dans le respect mutuel. L’enjeu est alors l’Amour de soi et de l’autre.
Nous devenons alors le reflet de nous-mêmes à travers l’autre et inversement. Par les filtres de chacun des partenaires ce reflet peut-être alors déformé, le tout est alors de dépasser ces filtres et de désintégrer les miroirs pour permettre la création d’une une unité parfaite. Une évolution perpétuelle
L’humain est un être d’émotions. De ce fait, il n’existe aucune voie royale et parfaite.
Cela devient à chaque approche un jeu pour certains et un enjeu pour d’autres de réinventer la bonne formule.
L’énergie sexuelle et créative doit se renouveler au gré de l’évolution des partenaires. Ainsi comme avait écrit le Philosophe grec Héraclite d’Éphèse :

Rien n’est permanent sauf le changement ”.

Élisa – 46 ans – En couple
4 enfants

« L’épanouissement sexuel, c’est donner et/ou recevoir du plaisir sans contrainte, dans l’amour.

C’est aller au-delà du simple plaisir sexuel, un ressenti au plus profond de son être et de son âme que ce soit en connexion étroite avec son partenaire ou dans sa propre intimité. »

Alain – 37 ans – En couple
Sans enfant

“ Pour moi, l’épanouissement sexuel, c’est lorsque je peux vivre avec l’autre tous mes désirs, tous mes fantasmes et qu’elle comme moi pouvons en tirer tout le plaisir espéré. C’est lorsque ma partenaire et moi partageons les mêmes envies et que nous n’avons pas de blocage dû à telle ou telle dérive dans l’éducation, et que, si limites nous avons, elles se situent aux mêmes endroits. ”

Le jugement et la culpabilité
Avoir des désirs pour soi et / ou pour l’autre peut-être source génératrice de la culpabilité en relation avec l’éducation judéo-chrétienne occidentale. Les églises voulant cadrer les rapports humains, elles les ont brimés et normalisés du même coup.Alors le regard de l’autre devient douteux et intrigant, il sème le doute sur notre propre être qui se doit socialement être accepté et être acceptable.
Quand les sentiments de craintes sont dépassés, il est possible de s’autoriser d’exister dans son être.
Marianne Costa dit : “Si le regard extérieur disparaît, le regard qui juge, alors nous pouvons nous donner le droit de faire ce que nous désirons”.
Il permet de se libérer des chaînes éducatives et d’accéder à une reconnaissance de son propre être vis-à-vis du partenaire qui représente alors un autre regard de la société.
Cette libération offre une acceptation et une opportunité d’accéder à ces désirs propres et de pouvoir les partager.

Francine – 53 ans – veuve
2 enfants

“ Être bien dans mon corps et dans ma tête, accepter de m’ouvrir au plaisir, sans gêne ni culpabilité est la clé de mon épanouissement sexuel.

Le désir sexuel est le plus fort et le plus profond de mes sentiments de femme. Il est primordial chez moi. Si ma vie sexuelle n’est pas complètement épanouie je rencontre plusieurs troubles dans ma vie qui peut devenir un véritable cauchemar (je me sens laide, pas désirable, inutile, « je ne m’aime pas puisque personne ne m’aime… »).

Jouir calme mon esprit et apaise mon corps. Sensation de « renaissance » pendant l’orgasme. Je me sens vivante et belle.

L’amour que j’éprouve pour mon partenaire est la clé de mon épanouissement sexuel. Sans ce sentiment l’orgasme est différent, le plaisir est focalisé dans le ventre et je n’éprouve pas cette sorte de merveilleuse décharge électrique qui part de mon sexe jusqu’aux racines de mes cheveux pour redescendre le long de mon dos et de mes jambes jusqu’à me faire crier.

Une sexualité épanouie est pour moi la preuve que ma vie de femme est pleinement accomplie. ”

Amour et Partage
Une des clefs de l’épanouissement sexuel est l’Amour qui offre une voie vers des chambres privatives de partage.
L’Amour se définissant en partie par la présence et la confiance réciproque, il permet l’opportunité d’une ouverture rassurante de soi et l’autre.
Cette ouverture illumine la chambre des secrets en commun et les enveloppe d’un drap de douceur pour les accompagner vers l’union désirée, l’intégration des deux énergies qui se fusionnent vers le point culminant du moment.
Ce chemin est possible et est aussi semé d’embuches du passé, de nos expériences et celles que nous avons acquises par des injonctions parentales et sociétales.

 

Contrainte, devoir et blocage
C’est un défi de la nature de la conscience et de l’inconscient. L’Être humain a la volonté d’exister pleinement et dans le même besoin de se protéger pour ne pas sombrer dans ses peurs.
Ces peurs sont inscrites entre le rejet et le désir d’acceptation, de ses qualités et de ses défauts ainsi que dans ses douceurs et de ces blessures.
Les peurs de soi et la peur de l’autre, l’inconnu.
La peur de se dévoiler dans toutes ces formes.

Par Amour, par une incapacité d’expression, par devoir conjugal ou devoir sociétal, la “contrainte” peut se mettre en place ne donnant plus aucune liberté d’expression du corps, du cœur et de l’être.

Mettant ainsi un processus de soumission conscient ou inconscient un blocage, une fermeture de cette voie ou une armure de protection.

La voie de l’épanouissement indispensable à l’existence peut alors se transformer, se réorienter, chercher un autre équilibre et ainsi se tourner vers autre chose.

Christelle – 52 ans – Divorcée
2 enfants

“ Une sexualité sans obligation, seulement quand on en a envie, sans pression de la part d’un partenaire. Et s’il n’y a plus de sexualité depuis un certain temps, ce n’est pas pour moi une frustration. ”

Cela peut-être une passion, un travail, une mission, un enfant ou tout autre forme ne mettant pas en danger la partie de notre être qui pourrait-être blessée ou réveiller de vieilles blessures, la partie de l’enfant vulnérable.Ainsi, il transcende ce besoin.
La clef
Mais qu’elle est la clef de l’épanouissement sexuel me demanderiez-vous ?
Il n’y en pas une mais des multiples, elles sont toutes personnelles et intimes.
Même il existe des orientations privilégiées pour chacun de nous, elles sont impermanentes et évolutives.
Elles sont le reflet du retour de nos expériences de notre vie passé, une expression de notre ressenti de l’instant présent tout en gardant un lien privilégié avec nos personnalités.
Êtres d’émotions, la paix avec ce que nous sommes, avec ce qui nous a construit et nos désirs est le début de notre chemin. Ainsi le dicton nous rappelle :

« Ne cherche pas le chemin du bonheur, car le bonheur C’EST le chemin ! »

Synthèse des expériences
De toutes les perceptions, ressentis et d’expression propres à chacun je synthétiserais l’épanouissement sexuel tout simplement par le mot : « épanouissement » car il est la recherche de l’harmonie de nous même avec l’autre.
Qu’il soit matérialisé par un acte charnel ou pas, à mon sens l’épanouissement sexuel se définirait par la relation à l’autre. C’est-à-dire l’Amour de l’autre dans toutes ses grandeurs et ses défauts.
La relation à l’autre est besoin de tout à chacun qui s’exprime selon chaque convenance, selon chaque histoire de vie.
L’épanouissement sexuel « charnel » est lui une approche qui nous met en contact avec notre Être vulnérable et, s’il se peut, avec celui de la personne de son choix.
Un voyage commun qui dévient un défi face à sa propre histoire, un partage de nos sensations, un chemin vers notre être.
Il est aussi le désir d’accorder à l’autre ainsi qu’à soit même un bout de chemin ensemble.
L’aventure vers la destination inconnue.L’aventure pouvant aussi être celle de l’autre, de soi-même ou des deux.
Un choix d’accéder au désir de l’autre et de soi-même, une aventure vers de nouvelles expériences.
Les différentes énergies présentent en chacun de nous viennent alors à se mêler.
Une coordination des gestes, des mots, des souffles peuvent ainsi se lier, s’associer pour une cohésion vers la destination d’une nouvelle cohérence.Un mouvement ondulatoire à des rythmes variés au gré des besoins et des désirs de chacun se met en place.
Permettre une aspiration commune, un appel à une autre forme d’existence.
Un canal s’ouvre de bas en haut et permet à une énergie subtile de s’y engager pour illuminer les deux êtres permettant une connexion à son être véritable enraciner dans la terre et ouvert à l’univers.
Albert Einstein définissait « L’être humain est une partie du tout que nous appelons Univers ». Et pour ma part, je dirais que : « Tout est une question d’Énergie et d’Organisation ». Un état modifié de conscience se manifeste où le temps et l’espace n’ont plus de forme consciente. Un apaisement des corps et des cœurs, une revitalisation par une autre source à l’Être. A chaque expérience, que nous tirions des bienfaits ou une grande satisfaction, celle-ci ne peut que nous enrichir. Alors, pas à pas, nous apprenons à effleurer puis toucher chaque partie de notre être, palier par palier nous évoluons. Et pour nous assurer que nous avons pris le chemin qui nous convient, nous retournons un peu en arrière. Nous restons tels des enfants dans cet apprentissage qui comme pour apprendre à marcher doit s’expérimenter, s’essayer et être félicité de nos réussites.

« L’épanouissement sexuel est un chemin de vie »

Les témoignages

A la question : “ Qu’est-ce que pour vous une sexualité épanouie ? ”, voici quelques réponses :

Élise – 53 ans – mariée – 3 enfants
“ Pour moi l’épanouissement sexuel est un équilibre entre ce que l’on souhaite vivre (suivant schéma de l’éducation, culture, caractère ….), ce que l’on se permet (en tant qu’individu) et ce que l’on reçoit (contexte) car on s’épanouit rarement seule……. quoique !!!!! pour certaines l’équilibre passe par un sexe à piles !! (lol). ”
Amélie – 32 ans – jeune mariés – sans enfant
“ Avoir du désir pour l’autre ou les autres et pour soi finalement jouir et savoir libérer ses instincts c est fusionner l’âme et le corps pour moi ça passe par faire l’amour souvent. ”
Francine– 53 ans – veuve – 2 enfants
Être bien dans mon corps et dans ma tête, accepter de m’ouvrir au plaisir, sans gêne ni culpabilité est la clé de mon épanouissement sexuel.Le désir sexuel est le plus fort et le plus profond de mes sentiments de femme. Il est primordial chez moi. Si ma vie sexuelle n’est pas complètement épanouie je rencontre plusieurs troubles dans ma vie qui peut devenir un véritable cauchemar (je me sens laide, pas désirable, inutile, « je ne m’aime pas puisque personne ne m’aime… »).
Jouir calme mon esprit et apaise mon corps. Sensation de « renaissance » pendant l’orgasme. Je me sens vivante et belle.L’amour que j’éprouve pour mon partenaire est la clé de mon épanouissement sexuel. Sans ce sentiment l’orgasme est différent, le plaisir est focalisé dans le ventre et je n’éprouve pas cette sorte de merveilleuse décharge électrique qui part de mon sexe jusqu’aux racines de mes cheveux pour redescendre le long de mon dos et de mes jambes jusqu’à me faire crier.Une sexualité épanouie est pour moi la preuve que ma vie de femme est pleinement accomplie. ”
Alix – 45 ans – Marié – 3 enfants
C’est satisfaire ces désirs. ”
Marc – 54 ans – Célibataire – Sans enfant
Pour moi l’épanouissement sexuel c’est une destination touristique assez mal desservie, et qu’il faut atteindre avec les moyens du bord. ”
Christelle – 52 ans – Divorcée – 2 enfants
“ Une sexualité sans obligation, seulement quand on en a envie, sans pression de la part d’un partenaire. Et s’il n’y a plus de sexualité depuis un certain temps, ce n’est pas pour moi une frustration. ”
Alain – 37 ans – En couple – Sans enfant
“ Pour moi, l’épanouissement sexuel, c’est lorsque je peux vivre avec l’autre tous mes désirs, tous mes fantasmes et qu’elle comme moi pouvons en tirer tout le plaisir espéré. C’est lorsque ma partenaire et moi partageons les mêmes envies et que nous n’avons pas de blocage dû à telle ou telle dérive dans l’éducation, et que, si limites nous avons, elles se situent aux mêmes endroits. ”
Fatia – 35 ans –Mariée – 3 enfants
C’est d’être joyeuse, radieuse et se développer librement dans toutes ses possibilités. ”
François – 49 ans –Mariée – 4 enfants
“ Je pense que si j’avais la clef de mon épanouissement sexuel j’arrête de chercher et je meurs… ”
Élisa – 46 ans – En couple – 4 enfants
« L’épanouissement sexuel, c’est donner et/ou recevoir du plaisir sans contrainte, dans l’amour.
C’est aller au-delà du simple plaisir sexuel, un ressenti au plus profond de son être et de son âme que ce soit en connexion étroite avec son partenaire ou dans sa propre intimité. »
Aline – 44 ans – En couple – 2 enfants
Faire exister son corps, faire exister la relation, accueillir le plaisir, le partager.Respecter réciproquement le désir ou le non-désir de l’autre.Si des énergies négatives font barrage, ne pas forcer, accepter de reporter à un autre moment, pour ne pas subir leur pollution.
Faire exister son corps :
Me sentir belle sous les larges mains chaudes de l’homme.Sentir ses mains dessiner mes courbes. Faire onduler ma féminité.Sentir la force de son désir. Sentir son parfum.Sentir le plaisir du toucher de la peau, sentir la force de l’homme, le galbe de son corps, et tout ce qui le représente dans sa virilité.Vivre la sensualité partagée. Échanger nos souffles. Jouer avec les suggestions, les baisers, suggérés ou fusionnés, flirter avec les limites.Sentir le Feu intérieur nous emporter, et brûler sur son passage tous les blocages, les critiques et les jugements, les inhibitions, les peurs, sa force étant bien supérieure……. Sentir l’ardeur du Feu présent nourrir l’attente d’un orgasme intense.Sentir le Feu monter dans tous leschakras et en miroir avec le partenaire.Faire exister la Relation : Ressentir la dimension du cœur. L’échange énergétique.

Sentir la chaleur du corps mais aussi du Cœur, une grande douceur, une ouverture, la bienveillance, la tendresse, la protection, le cocooning, l’amour.

Accueillir le Plaisir comme un instant précieux, une expansion puissante, un big-bang, un espace hors du temps, une ouverture sur une autre dimension. Sentir tous ses corps subtils comme balayés après le passage d’une tempête de flammes.

Sentir l’apaisement dans son corps physique.

Savourer le grand calme intérieur qui s’en suit, et les vibrations qui perdurent les heures et les jours suivants.

La qualité de l’échange amoureux et sexuel primant sur la quantité, et contribuant à construire une complicité, un épanouissement profond, intime et vrai.

Didier BÉGUIN – Mai 2012

 

%d blogueurs aiment cette page :